L'Observatoire et son histoire

En 1936, le CNRS établit un grand observatoire moderne sur le site de St Michel l'Observatoire. Treize coupoles abritent des instruments astronomiques parmi les plus grands d'Europe, dont le grand télescope de 1.93 m qui a permis la découverte de la première exoplanète; il est doté d'un spectrographe innovant qui le place parmi les meilleurs au monde.

L'Histoire de l'Observatoire

Fin du dix-neuvième siècle, les observations des grandes villes étant déjà frappés par les fléaux de l'astronomie - la pollution industrielle qui épaissit l'atmosphère, et l'éclairage urbain qui diffuse un pernicieux halo - l'idée vint de créer un nouvel observatoire français dans un site "propre". La Grande Guerre et son hécatombe arrêtèrent le projet qui ne reprit qu'en 1924, sous l'impulsion du Général Ferrier.

Il se confirma alors qu'aucun des "vieux" sites ne conviendrait, et qu'il fallait lancer la recherche de l'endroit idéal. Plusieurs régions postulèrent- la Cerdagne, la Corse, les Alpes -, chacune avec de bonnes raisons et d'efficaces appuis politiques et, pour les départager le professeur Danjon établit en 1929 une grille des contraintes scientifiques que seule franchit la Haute Provence, puis, dans celle-ci, le Pays de Forcalquier. Le choix s'arrêta en 1933 sur le plateau d'Aurifeuille qui, outre un ciel presque parfait, offrait les avantages d'un accès facile, d'un sous-sol capable de supporter les lourds équipements, et des taillis de chênes qui atténuent les turbulences de l'air. Curieusement, par ce choix, la science du XXème siècle validait l'option du flamand Godefroi Wendelin qui, en 1603, avait créé au-dessus de Lardiers le premier observatoire en sol français.

En dépit de la décision, les crédits manquèrent et, pendant encore dix ans, les astronomes durent se contenter d'un télescope de 80 cm "provisoirement" installé dans une propriété voisine. L'acquisition des terrains par le CNRS (créé en 1936 par le Front Populaire) se fit enfin en 1937, et les travaux commencèrent en 1938 sous la direction architecturale de Paul Robert-Houdin.

Le premier télescope de 120 cm, opérationnel en 1943, était l'aboutissement d'une longue saga: conçu mi-XlXème pour l'Observatoire de Paris, par le grand physicien Léon Foucault (120 cm était alors le diamètre maximal réalisable), son miroir fut commandé à Saint-Gobain en 1863, mais lorsqu'il fut livré l'Observatoire manquait de ressources, et Foucault dut lui-même commencer à le polir! L’Exposition Universelle de 1878 décida d'en faire unes de ses vedettes et dégagea des crédits pour le monter, mais on découvrit alors qu'il était mal fichu et, en dépit de retailles et repolissages, donnait de mauvaises images. Délaissé durant un demi-siècle, il fut retravaillé de 1929 à 1936, et partit en Haute-Provence où, le 7 août 1943 (c'est à dire âgé de 80 ans), il donna sa première image.

Freiné par l’Occupation, le développement de l'observatoire reprit à la Libération, avec toujours le grand projet, conçu en 1924, d'un 193 cm. Son miroir, coulé en 1937, commença à être taillé en 1946, tandis que la direction de l'Observatoire faisait la chasse aux crédits pour financer la machinerie. Et, le 7 juillet 1957, ses 50 tonnes de métal et les 1200 kg de son miroir délivraient leur première image. Sans cesse perfectionné depuis, le Grand Télescope a aujourd'hui les mêmes possibilités qu'un 500 cm des années 1960.

L'Observatoire aujourd'hui


La visite guidée - centrée sur la Grande Coupole - permet d'entrevoir cette cité mystérieuse dans laquelle travaille en permanence une trentaine de personnes, et qui toute l'année accueille des astronomes du monde entier: l'Observatoire n'a en effet pas d'astronomes attitrés, mais met ses équipements, ses techniciens et son hébergement au service des chercheurs d'ailleurs.

Les Visites


Ce lieu de recherche du C.N.R.S. au cœur de notre village est ouvert au public uniquement le mercredi après-midi de 14h à 16h et pendant "L'été astro" (juillet, août et septembre) trois fois par semaine (mardi, mercredi et jeudi de 13h30 à 16h30) : prendre les billets au Syndicat d'Initiative (04 92 75 64 43), navette gratuite obligatoire au départ du village toutes les demi-heures. Durée de la visite, 1 heure environ (projection du nouveau film documentaire sur l'OHP et visite commentée de la grande coupole et du télescope de 193 cm).
Pour tarifs et autres informations: voir leur site

Le Centre d'Astronomie

Au plateau du Moulin à Vent à St Michel l'Observatoire, le Centre d'Astronomie propose toute l'année des animations thématiques, ainsi que des veillées d'observations sous la houlette de spécialistes. Destiné aux passionnés des étoiles, le centre d'astronomie organise des veillées, des observations du soleil, des stages et des conférences. Vous trouverez le détail de leurs programmes sur leur site officiel. Billetterie Eté Astro (04 92 76 69 09).